Print Friendly, PDF & Email

La zone intime à la ménopause

Happy senior woman. Isolated on white background.

 

Marquée par l’arrêt des règles, la ménopause s’accompagne souvent d’une multitude de petits troubles plus ou moins désagréables selon les femmes. Du côté de la sphère génitale, sècheresse et inconfort sont fréquemment au rendez-vous mais peuvent être améliorés en adoptant de bonnes habitudes : découvrez nos conseils pour conserver votre bien-être intime après 50 ans.

Comprendre la ménopause
La ménopause est un phénomène naturel qui intervient généralement autour de 50 ans. Elle marque la fin de la phase de fécondité des femmes, qui commence avec la puberté. A la ménopause, les ovaires cessent de produire les hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone), l’ovulation n’a plus lieu et les règles s’arrêtent.

La ménopause n’intervient pas brutalement, mais après une phase transitoire qui peut durer de 2 à 7 ans, appelée préménopause. Durant cette période, l’ovulation et les règles deviennent irrégulières et le taux d’hormones peut varier de façon très importante : des périodes d’excès d’hormones alternent avec d’autres où les hormones manquent au contraire. Les périodes de baisse hormonale deviennent de plus en plus fréquentes, jusqu’à la ménopause. Ce processus s’accompagne souvent de symptômes peu agréables, dont l’intensité est variable selon les femmes : bouffées de chaleur, troubles de l’humeur, troubles du sommeil, baisse de libido, prise de poids, ostéoporose, etc.

Les conséquences de la ménopause sur la zone intime
Avant la ménopause, la vulve et le vagin sont humidifiés en permanence par les sécrétions qui s’écoulent dans le vagin. Cette lubrification naturelle, indispensable au confort de la zone intime, est directement dépendante des œstrogènes, tout comme l’équilibre fragile de la flore protectrice du vagin.

Or, à la ménopause, les œstrogènes diminuent considérablement, sans toutefois disparaître totalement : bien que les ovaires aient stoppé leur production, une petite quantité reste sécrétée par les glandes surrénales et les tissus graisseux.

Sous l’effet de cette importante baisse hormonale, la zone vulvo-vaginale devient plus sèche, moins souple et plus vulnérable : environ la moitié des femmes connait une sécheresse intime après 50 ans. Cette moindre lubrification du vagin et de la vulve peut entraîner un inconfort persistant et rendre les rapports sexuels difficiles voire douloureux, perturbant ainsi l’harmonie sexuelle des couples.

De bonnes habitudes pour conserver votre confort intime
L’inconfort intime après la ménopause n’est pas une fatalité : adopter de bons réflexes suffit souvent à améliorer la situation !

Soyez attentive à votre hygiène intime.
Pour respecter l’équilibre délicat de votre flore intime, l’hygiène doit être plus douce que jamais après la ménopause : ne dépassez jamais deux toilettes par jour, proscrivez absolument les douches vaginales et les lavages au savon, et optez pour un produit d’hygiène doux, hydratant et apaisant, spécifiquement formulé pour les problèmes de sécheresse intime.

Faites durer les préliminaires.
Durant cette phase d’excitation, le vagin devient de plus en plus humide pour préparer la pénétration. Mais le temps nécessaire à cette lubrification naturelle augmente nettement après la ménopause : n’hésitez pas à prolonger ces jeux pour donner à votre zone intime le temps de se lubrifier.

Utilisez un lubrifiant si nécessaire.
Il en existe de différents types : demandez conseil à votre pharmacien ou votre médecin, et testez-en plusieurs pour trouver celui qui vous convient. Les lubrifiants classiques s’utilisent juste avant un rapport sexuel, pour pallier le manque de lubrification naturelle. D’autres lubrifiants ou gels vaginaux, souvent à l’acide hyaluronique, lubrifient et hydratent le vagin pendant plusieurs jours et permettent de retrouver un meilleur confort intime, même en dehors des rapports sexuels. Dans tous les cas, évitez les lubrifiants à base de vaseline ou d’huile, qui rendent les préservatifs poreux et inefficaces.

En cas d’inconfort persistant, parlez-en à votre gynécologue.
Il pourra vous proposer solution médicale adaptée à votre situation. Il existe aujourd’hui de nombreux traitements hormonaux à base d’œstrogènes, sous forme de pilules, de patchs, de gel ou d’ovules, qui vous permettront de retrouver votre confort intime et sexuel, tout en luttant contre les autres symptômes liés à la ménopause.