Print Friendly, PDF & Email

La zone intime pendant les règles

 

De la puberté à la ménopause, les menstruations rythme la vie des femmes tous les 28 jours environ. Parfaitement naturels, ces écoulements de sang mêlé de cellules utérines s’accompagnent souvent de petits désagréments et d’un certain inconfort. Découvrez nos conseils pour votre hygiène intime et votre bien-être durant ces jours particuliers.

Comprendre les règles

Durant sa vie, chaque femme aura ses règles environ 400 fois. Ces pertes de sang correspondent à la fin du cycle ovarien, qui dure généralement de 26 à 34 jours. Ce cycle se divise en 4 phases :

La phase folliculaire
Les œstrogènes (hormones féminines) augmentent, entraînant l’épaississement de la muqueuse utérine, qui se prépare ainsi à recevoir un ovule fécondé. L’augmentation d’une autre hormone appelée hormone folliculo-stimulante (ou FSH) entraîne parallèlement la maturation des follicules de l’ovaire, chacun contenant un ovule.

L’ovulation
Sous l’effet d’un pic d’hormone lutéinisante (ou LH), un unique ovule mature est expulsé d’un des ovaires et chemine de la trompe de Fallope vers l’utérus en l’espace de 3 ou 4 jours. Exceptionnellement, deux ovules peuvent être libérés simultanément : s’ils sont fécondés, la grossesse sera alors gémellaire. Après l’ovulation, la quantité d’œstrogènes recommence à diminuer.

La phase lutéale
Une autre hormone, la progestérone, est sécrétée en grande quantité pour préparer la nidation de l’ovule, s’il est fécondé. En l’absence de fécondation, la progestérone baisse fortement environ deux semaines après l’ovulation, entraînant l’évacuation du surplus de paroi utérine formé au cours du cycle.

La phase menstruelle
Durant 3 à 5 jours en moyenne, il se produit alors une perte de sang mêlé de ces cellules utérines devenues inutiles, qui s’écoule depuis le col de l’utérus jusqu’à l’entrée du vagin : ce sont les règles, ou menstruations. Un nouveau cycle peut ainsi commencer.

Les règles s’accompagnent souvent de symptômes peu agréables, d’intensité très variable selon les femmes : douleurs dans le bas ventre, migraine, fatigue, modifications de l’humeur… Par ailleurs, la progestérone sécrétée dans les jours qui précèdent les règles diminue l’immunité naturelle du vagin et le rend ainsi plus vulnérable : irritations et mycoses sont plus fréquentes durant cette phase du cycle, et peuvent perdurer jusqu’à la fin des règles.

L’hygiène intime pendant les règles

Durant les règles, les femmes peuvent facilement avoir l’impression de ne pas être propres, en raison des pertes de sang et des protections périodiques qui augmentent la sensation d’inconfort.

Cependant, il n’est pas nécessaire d’augmenter la fréquence des toilettes intimes : une à deux toilettes soigneuses par jour sont suffisantes, effectuées à l’aide d’un produit lavant doux spécifiquement conçu pour la toilette quotidienne de la zone intime, au pH physiologique (autour de 5). Multiplier les toilettes est non seulement inutile, mais parfois même nocif : utilisés à l’excès, l’eau calcaire et les produits lavants altèrent le film humide qui protège les muqueuses et favorisent les irritations.

Côté protections périodiques, tampons et serviettes sont équivalents du point de vue de l’hygiène : choisissez donc librement ce qui vous convient le mieux. Sachez cependant que si vous êtes sujette à de fréquentes irritations, les serviettes sont souvent mieux tolérées que les tampons, qui assèchent l’intérieur du vagin.
Par ailleurs, bannissez les protections parfumées ou qui prétendent absorber les odeurs, trop agressives pour la flore vaginale et vulvaire.

Le plus important pour conserver votre confort intime durant les règles est de changer régulièrement vos protections périodiques, tampons ou serviettes : toutes les 4 heures au maximum, ou plus souvent si votre flux menstruel est important. En effet, le sang est un milieu particulièrement propice à la prolifération des bactéries : une protection périodique portée trop longtemps entraîne ainsi des risques d’irritations et d’infections.

En cas de mycose avant ou pendant les règles, optez temporairement pour un produit d’hygiène intime destiné au traitement des irritations, antiseptique ou doté d’un pH plus élevé (souvent autour de 8). Revenez à votre produit d’hygiène habituel lorsque les signes de l’irritation auront disparu. Si ces irritations récidivent tous les mois, parlez-en à votre gynécologue qui vous prescrira un traitement adapté.