Print Friendly, PDF & Email

La sécheresse intime

Body Care

Liée à différents facteurs physiologiques et psychologiques, la sécheresse vaginale est un trouble très fréquent, en particulier après la ménopause. Elle a des conséquences directes sur la qualité des rapports sexuels et augmente la vulnérabilité face aux infections, mycoses et irritations. Découvrez avec nous ses causes et les solutions à lui apporter.

 

Comprendre la sécheresse intime

En temps normal, la vulve et le vagin sont humidifiés en permanence :

• Tout au long de la journée, le mucus produit par des glandes situées à la base des grandes lèvres et les sécrétions utérines qui s’écoulent dans le vagin permettent une lubrification naturelle indispensable à la souplesse, à la bonne hydratation et au confort de la zone intime.

• Lors de l’excitation sexuelle, cette lubrification augmente très rapidement, facilitant la pénétration et protégeant les muqueuses contre d’éventuelles lésions.

On parle de sécheresse intime lorsque la lubrification du vagin et de la vulve sont insuffisantes, ce qui peut entraîner une inflammation locale, des rougeurs et des irritations. La sécheresse intime rend les rapports sexuels difficiles voire douloureux, et peut ainsi perturber l’harmonie sexuelle des couples. L’équilibre de la flore vaginale étant altéré, elle favorise aussi la survenue d’infections et de mycoses.

La sécheresse intime est un trouble très fréquent : plus d’une femme sur six déclare en souffrir occasionnellement. Toutes les femmes peuvent être concernées, mais elle augmente nettement avec l’âge et en particulier après la ménopause : environ la moitié des femmes sont touchées après 50 ans.
Les femmes enceintes et les jeunes mamans y sont aussi sujettes, en raison des modifications hormonales qui accompagnent la grossesse et le post-partum.

Les causes de la sécheresse intime
Différents facteurs peuvent être à l’origine d’une sécheresse intime :

Des troubles hormonaux, la souplesse et la bonne hydratation de la muqueuse vaginale étant directement liées à la production d’œstrogènes.

Certaines maladies, par exemple la sclérose en plaques ou le diabète.

Certains traitements ou médicaments, comme la radiothérapie, certains antidépresseurs, antihistaminiques ou antihypertenseurs, certaines pilules.

Un manque d’excitation psychique, une baisse de libido, une grande fatigue.

Le stress, l’anxiété, et notamment la peur de souffrir durant un rapport sexuel, qui entretient et aggrave le manque de lubrification.

Une hygiène intime inadaptée : l’utilisation de produits d’hygiène agressifs et/ou desséchants, la pratique de douches vaginales, etc.

L’alcool, le tabac, les drogues.

Améliorer la sécheresse intime

La sécheresse intime n’est pas une fatalité : qu’elle soit passagère ou durable, des solutions efficaces existent et l’adoption de bonnes habitudes permet souvent d’améliorer la situation.

Soyez attentive à votre hygiène intime.
Pour respecter l’équilibre délicat de votre flore intime, ne dépassez jamais deux toilettes par jour, bannissez les douches vaginales et utilisez uniquement un produit lavant doux spécifiquement conçu pour la toilette intime.

Utilisez un lubrifiant.
Il en existe de différents types : demandez conseil à votre pharmacien ou votre médecin, et testez-en plusieurs pour trouver celui qui vous convient. Les lubrifiants classiques s’utilisent juste avant un rapport sexuel, pour pallier le manque de lubrification naturelle. D’autres lubrifiants ou gels vaginaux, souvent à l’acide hyaluronique, lubrifient et hydratent le vagin pendant plusieurs jours et permettent de retrouver un meilleur confort intime. Ils peuvent être utilisés régulièrement. Dans tous les cas, évitez les lubrifiants à base de vaseline ou d’huile, qui rendent les préservatifs poreux et inefficaces.

Faites durer les préliminaires.
Durant cette phase des rapports sexuels, le vagin devient de plus en plus humide pour préparer la pénétration. Mais le temps nécessaire à cette lubrification naturelle augmente avec les années : n’hésitez pas à prolonger ces jeux pour donner à votre zone intime le temps de se lubrifier.

En cas de sécheresse intime persistante, parlez-en à votre gynécologue.

Il pourra vous proposer solution médicale adaptée à votre situation. Il existe aujourd’hui de nombreux traitements hormonaux riches en œstrogènes, sous forme de pilules, de patchs, de gel ou d’ovules, qui permettent de répondre au problème de la sécheresse intime ainsi qu’aux autres signes associés à la ménopause ou aux troubles hormonaux. Parlez-en sans crainte : ce trouble est très fréquent et ne doit pas être tabou !