Print Friendly, PDF & Email

Hygiène intime et sexualité

Les habitudes d’hygiène intime liées à la vie sexuelle relèvent avant tout d’un choix propre à chacun.

Cependant, il est important d’acquérir certains réflexes pour éviter irritations et infections : découvrez avec nous les bonnes habitudes à prendre pour conserver le confort de votre zone intime et profiter pleinement de votre sexualité.

Sexualité et toilette intime : une affaire de préférence
Lovely pairs lying down together in their bed at homePour de nombreuses femmes, une bonne hygiène intime est indispensable à une sexualité épanouie : beaucoup ont du mal à se laisser aller au plaisir lorsqu’elles ne se sentent pas fraiches. Ainsi, près du tiers des femmes préfère se laver juste avant un rapport sexuel pour éviter les odeurs trop marquées, qui pourtant ne dérangent pas forcément les hommes et sont parfois même un facteur d’excitation. Après l’amour, elles sont plus nombreuses encore à prendre une douche.
Ces habitudes sont une question de confort personnel, et non une nécessité médicale : sur le plan de la santé, il n’est pas particulièrement nécessaire de se laver avant ou après un rapport sexuel, dès lors qu’une toilette intime quotidienne est effectuée. A chacune, donc, de faire comme il lui convient sans honte ni malaise !
Les bons gestes pour éviter les troubles
Si la toilette est facultative avant un rapport, d’autres gestes sont réellement nécessaires pour préserver la bonne santé de votre zone intime au cours de votre vie sexuelle :

Avant un rapport sexuel, il est important que les deux partenaires se lavent les mains pour éviter la transmission de germes.

Evitez de pratiquer une pénétration vaginale après une pénétration anale lors d’un même rapport sexuel, ou lavez-vous les parties génitales entre les deux. Vous pouvez aussi utiliser des préservatifs et en changer entre les deux types de pénétration.

Pendant vos règles, il est tout à fait possible d’avoir des rapports sexuels si cela n’incommode ni vous, ni votre partenaire. Cependant, la sphère génitale est plus vulnérable face aux infections durant cette période, car le sang favorise leur transmission : mieux vaut donc utiliser un préservatif si vous êtes sujette aux irritations.

En cas de mycose ou d’infection, limitez temporairement la fréquence de vos rapports sexuels : une vie sexuelle intense est irritante pour une muqueuse déjà fragilisée.

Si vous êtes sujette à de fréquentes irritations, prenez l’habitude d’utiliser un lubrifiant : sans lubrification suffisante, le frottement du pénis contre la paroi vaginale peut en effet entraîner des micro-coupures qui favorisent l’apparition de mycoses.

De même, si vous utilisez des préservatifs, lubrifiez-les systématiquement : les frottements engendrés par un préservatif sont nettement plus marqués que ceux d’un pénis nu et peuvent agresser la muqueuse vaginale si la lubrification n’est pas optimale. Veillez à toujours utiliser un lubrifiant à base d’eau, qui n’altère pas le préservatif.

Après un rapport sexuel, urinez pour évacuer les éventuels germes qui pourraient entraîner une infection urinaire. Pensez aussi à vous laver à nouveau les mains pour éliminer les bactéries qui pourraient s’y être déposées.

Même après un rapport sexuel, bannissez les douches vaginales : stérile, le sperme n’est pas sale et n’agresse pas la flore vaginale, contrairement aux douches vaginales qui favorisent les infections. De plus, les douches vaginales ne possèdent aucun effet contraceptif. La toilette intime doit toujours rester superficielle et ne concerner que le pubis, la vulve et la zone péri-anale.